((musique de la séance : REM-New Orleans Instrumental No.1 (LP version) dans le lecteur Deezer.)

Nerveusement il décrocha le combiné du téléphone.
« Oui je sais, non elle ne m’a pas vu, bien sûr. Je connais les règles, pas la peine de me les rappeler. Comment ça ? Vous ne pouvez pas faire cela, pas maintenant. Oui désolé, bien sûr je ne vous décevrais pas. Oui c’est ça, je passerai ce soir bien entendu ».
Il raccrocha furieux, passa devant l’écran et l’éteignit, il n’avait plus envie de la regarder pour l’instant. Il retourna dans la cuisine pétrir sa pâte à pain.

De l’autre côté de la ville, au nord dans les bois, une main caressait un téléphone très ancien à cadran et attrapa nerveusement une cigarette en regardant les nuages noirs. Il fallait agir et vite. Il ne pouvait pas lui faire confiance mais avait-il le choix ? Il espérait juste qu’il ne déraillerait pas trop ou en tout cas pas trop vite.
Il attrapa son tournevis, et se remit au travail.

Coraalis-Mauve avait passé une bonne partie de la journée à se concentrer, la moindre chose insignifiante dont elle aurait pu se rappeler lui aurait donné un espoir. Mais elle finit par se faire une raison, elle n'avait plus aucun souvenir de sa vie. Sa mémoire semblait complètement vidée, comme si on avait balayé toutes traces de vie à l’intérieur d’elle-même.

Effrayée, elle resta des heures à contempler le bout de ciel triste qu'elle pouvait apercevoir à la fenêtre. Bizarrement elle se rappelait le nom des nuages, le nom des couleurs et des objets l'entourant, le nom des aliments qui composaient le repas qu'elle avait fini par engloutir bien qu'elle ne voulait pas y toucher, mais elle ne savait toujours pas qui elle était et ce qu'elle faisait ici.

Épuisée elle s'endormit par terre.